Crottes de shiba : la guerre est lancée

Publié le par Shibalyn

Crottes de chiens: la guerre est lancée

 

 

topelement.jpg

 

LA QUESTION DU JOUR

Les maîtres doivent-ils ramasser les crottes de leur shiba partout?

 

Le canton de Berne veut obliger les propriétaires à ramasser les déjections de leurs toutous, même en pleine nature. Un exemple à suivre, selon les paysans

 

  

 Berne s’apprête à déclarer la guerre aux crottes de chiens.

Une guerre totale.

Bientôt, tout Bernois pourrait être sommé de ramasser les excréments de Rex ou de Médor où qu’ils atterrissent.

 

Dans les agglomérations et près des habitations, bien sûr.

 Mais aussi en campagne, au fond d’une forêt ou en montagne, loin de toute civilisation.

Mardi dernier, la commission consultative du Grand Conseil bernois a soutenu la future loi cantonale sur les chiens.

 

En proposant un «durcissement»: «Toute personne amenée à promener un chien doit ramasser les déjections non seulement sur le domaine public mais aussi en tout autre lieu.» Bref, partout.

 

Une amende de 80 francs est prévue pour les récalcitrants. Risque de maladie Reprise par les médias alémaniques, la nouvelle a suscité de nombreux commentaires.

Bravo, enfin! ont réagi des lecteurs. Inapplicable et extrémiste, ont tranché d’autres.

 A l’origine de cette proposition, on trouve une volonté de simplifier la loi. Mais surtout les conflits entre des éleveurs de bétail et des promeneurs qui laissent les excréments de leur toutou dans les pâturages.

 

En cause: la néosporose. Les chiens peuvent être porteurs d’un parasite nommé Neospora caninum .

 

 Il peut se retrouver dans ses déjections et être ingéré par les vaches.

 

Cet «agent infectieux joue un rôle important en tant que responsable d’avortements et de pertes de veaux», note l’Office vétérinaire fédéral.

 

Pour qui «il faudrait enlever les crottes de chiens des pâturages».

 

Et de préciser que la maladie n’est pas dangereuse pour l’homme. L’Union suisse des paysans soutient l’initiative bernoise.

 

«De manière générale, un propriétaire doit s’occuper des déjections de son chien», explique la porte-parole Sandra Helfenstein.

 

«Mais surtout, les éleveurs se plaignent depuis longtemps.

 

Il y a le risque de maladie. Et des pertes de production: une vache ne va pas brouter aux alentours d’une crotte de chien et le fourrage sera souillé. Cette proposition de loi, qui bannira les excréments de chien des pâturages, semble donc souhaitable pour tout le pays, dans l’intérêt de nos vaches, de nos veaux, dans l’intérêt de nos paysans et, finalement, des consommateurs.» Autre son de cloche du côté des amoureux des chiens.

 

«On ne cesse de sensibiliser les propriétaires pour que le ramassage des excréments devienne une habitude, une évidence. Et nous ne devons pas poser de problèmes aux éleveurs avec des crottes dans les pâturages, commente Jean Gonus, président de la Fédération romande de cynologie.

 

 Mais de là à vouloir traquer toute déjection, y compris dans une campagne non exploitée par l’agriculture, ça me semble vraiment excessif.» Il semble que Berne soit le seul canton à plancher sur une obligation générale de ramassage des cacas canins. Le Grand Conseil tranchera en mars.

 

 Président de la commission consultative, Marc Jost (PEV) se montre confiant.

«Lors de nos débats, sourit-il, une minorité a souligné que la loi serait difficile à appliquer. Ainsi, si un chien saute une barrière et va déféquer dans un jardin, son propriétaire serait censé lui aussi pénétrer dans une propriété privée pour récupérer la crotte… Mais c’est assez théorique. Au final, la majorité de la commission était pour ce devoir général de ramassage, et la commission est représentative du Grand Conseil. Je suis donc optimiste.

 

 

Par Renaud Michiels dans la presse Le matin

 

 

  http://www.lematin.ch/loisirs/animaux/Crottes-de-chiens-la-guerre-est-lancee/story/16164923/print.html

 

 

 

Commenter cet article